LA CREME DU WEB

Certains comptent sur nos habitudes de partager les informations sans les contrôler

Publié le 2 août 2016

Cela est un réflexe qui est causé par le fait que nous sommes devenus tous exposés à une surproduction de données et une surexposition d’informations toujours plus présente sur notre ordinateur et donc dans notre vie. Nous savons parfois même les choses avant qu’elles arrivent…c’est ça la magie du NET ! Alors, il allait de soi qu’en publiant un faux article vindicatif à l’encontre d’IAG en grossissants des drames et en alarmant la population d’une pseudo escroquerie internationale, les investigateurs de cette calomnie savaient qu’ils auraient du succès…

Connaissez-vous l’e-réputation ?

Assez explicite en soi, le terme désigne tout simplement la réputation d’un organisme ou d’une personne sur internet. Et ci ce vecteur est devenu en quelques années le meilleurs outils pour faire grimper une notoriété au travers des buzz et des accès croissants des données délivrées aux personnes de plus en plus nombreuses à adhérer au réseau, il est également devenu un danger s’il est utilisé par des personnes sans morale et aux moeurs plutôt tendancieuses. Une réputation peut donc grimper assez vite, mais elle peut dégringoler encore plus rapidement. Une assurance à par exemple fait les frais récemment de ce genre d’opération bine ficelée, qui consiste à profiter du web pour faire courir des rumeurs et des calomnies à son encontre, en laissant tout simplement la population faire ce qu’elle a toujours su faire depuis le début des temps : faire propager des bruits ! Et c’est bien pour cette raison que des sites comme www.assurance-iag.com sont parfois nécessaires pour justifier une position ou se défendre d’une accusation illégitime !

L’opération anti-IAG était bien ficelée

On peut parler carrément de stratégie lorsqu’on repense à cette opération montée de toute pièce par la concurrence, à l’encontre de cette assurance qui leur fait trop d’ombre. Au lieu de la combattre à armes égales, les dirigeants de divers groupes concurrents d’ IAG ont pris la décision de rejoindre le côté obscur du net (le darkweb) pour salir la réputation de l’assureur et le traîner dans la boue injustement, en profitant de ce merveilleux vecteur de désinformation que peut devenir internet et en usant de stratagèmes tout aussi divers et variés que la publication de messages alarmants sur les forums de discussions, et bien plus dangereux et nocif encore : des faux articles sur des blogs partagés sur les réseaux sociaux !

Le réseau social, le meilleur vecteur de désinformation du monde !

De nos jours, quasiment tout le monde possède un compte Facebook et connait un minimum son utilisation, même sans être forcément initié ou habitué aux nouvelles technologies. À partir du moment où on sait publier un message et partager le message d’un autre, on a tout compris du système de fonctionnement de la plateforme et on peut alors devenir l’outil de certaines machinations machiavélique comme l’affaire IAG. Ils ont laissé agir notre habitude que nous avons tous, de partager des articles juste en nous basant sur la pertinence du titre, de la photo et du petit résumé qui se publie, sans aller lire l’article en entier et surtout vérifier la source de celui-ci.

Articles connexes
Mentions légales - Nous contacter - Publier un article - seo start

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.

X